TEMOIGNAGES

Un article de Exposition Universelle de Paris 1900.

Jump to: navigation, search

Retour à l'Accueil

RETOUR A: LA COLLECTION DE COLLYON

RETOUR A: BIBLIOTHEQUE

[modifier] LES TEMOIGNAGES.

  • Un tel événement nous a laissé une multitude de témoignages à travers les articles parus dans les journaux de l’époque, les guides, les livres rétrospectifs ou tous simplement à la lecture du courrier des visiteurs. Cependant, rare sont les ouvrages, écrits à la suite de la visite de l’Exposition, contenant les commentaires et sentiments des auteurs visiteurs. Cette rubrique compilera nos trouvailles dans ce domaine.

_______________________________________________________________

  • TEM 01: A TRAVERS L'EXPOSITION 1900.
  • Ouvrage de JACQUES DE LA FORGE paru aux édition O.GODARD de St. Dizier.72 pages.

L’auteur, ayant obtenu une autorisation spéciale pour visiter les chantiers de l’Exposition en mars 1900, entreprend une visite boueuse et parfois risquée dans cet immense chantier qu’est l’Exposition 40 jours avant son ouverture. D’une nature très conservatrice ce catholique raciste et anglophobe s’extasie devant la beauté des édifices en cour de finitions. Il insiste sur le coté éphémère des palais et leur mode de construction. Il sortira de cette « aventure » épuisé (pour cause 12 heures à patauger !) mais aussi émerveillé par tant de génie créatif.

  • Une citation de sa visite du parc colonial du Trocadéro : « Une région ou grouillent des ouvriers au teint jaunâtre, aux yeux bridés de souris, les cheveux en chignon sur la tête ou en natte sur le dos, une race simiesque, cocasse, petite, mais intelligente, alerte, laborieuse. Cela contraste avec les paresses des bons nègres africains qui se bornent généralement à s’étaler au soleil comme de grands lézards noirs ou à jouer aux dames aussi bien que les habitués du café de Rohan ».
_______________________________________________________________
  • TEM 02: VINGT JOURS A PARIS PENDANT L'EXPOSITION UNIVERSELLE DE 1900.
  • Ouvrage écrit par CONSTANT DE TOUR paru dans le collection GUIDE ALBUM DU TOURISME aux éditions de la SOCIETE FRANCAISE D'EDITIONS D'ART DE PARIS. Un premier regrèt à propos de cet ouvrage; sur les 374 pages, seules les 36 premières sont consacrées à la visite de l'Exposition, le reste propose une visite de Paris. L’auteur, en si peu de pages, ne peut nous faire une visite détaillée de l'Exposition, les textes sont expéditifs et incomplets donc sans interet pour nous.Nous retiendrons, tout de même, la belle présentation et la qualité des gravures et photographies. Format: 22 x 13,5 cms.

_______________________________________________________________

  • TEM 03: A L'EXPOSITION - NOTES D'UN VITRYAT.
  • Ouvrage écrit par G. CAPPE en vue d'une conférence donnée le 26 juillet 1900 à la Société des Sciences et Arts de Vitry le François. Le texte de cette conférence à été édité par P. Tavernier libraire éditeur à Vitry le François. Cet opuscule de 60 pages nous conte la visite de l'Exposition par un vitryat. Le récit y est délibérément peu détaillé mais cette visite est complète. Si l'auteur vente les installations allemandes, dont il déplore l'avancée technologique, autrichienne et russe, il méprise les américain et anglais. En ce qui concerne les autres nations présent à cet occasion il les ignore parfaitement! En conclusion un récit sympathique, sans grand intérêt en ce qui concerne les informations et par ailleurs, sans illustration. Format: 20 x 13 cms.
_______________________________________________________________
  • TEM 04: APRES FAILLITE. SOUVENIR DE L'EXPOSITION - GUSTAVE BABIN.
  • Dans cet essai l’auteur s’attaque violement à l’architecture des palais de l’exposition. Il fustige M. Bouvard, responsable des services d’architecture, qui,se serait montré, trop mou, consensuel et d’une grande incompétence (Ses fonctions, après de la ville de Paris, était les parcs et jardins). L’autre grand ennemi de M Babin c’est les concours, qui, selon lui feraient baisser le niveau général par la composition même des jurys. En effet ces jurys sont composés de membres « en place » dirigeants souvent des grandes institutions de formation à l’architecture. Les participants, quant à eux, sont leurs collègues et amis ou souvent leurs élèves. Ce manque de fermeté de la direction et cette cooptation corporative aurait conduit à l’évincement ou à la marginalisation des projets originaux ( porte monumentale , grandes serres ) et à la multiplication des « amis » à honorer. ( 7 architectes pour l’esplanade des Invalides ) !
  • Ce qu’il n’aime pas : La disparition du métal en faveur du plâtre, la multiplication des motifs décoratifs, frises, statues, clochetons….. Le manque d’originalité des palais étrangers qui ne seraient que de simples reproductions de tout ou partie d’édifices déjà existants. Il attaque violement aussi la salle des fêtes, trop couteuse pour un trop faible usage et qui défigure la galerie des machines.
  • Ce qu’il déteste. Le pavillon américain, les américains. La classification de M. Picard et le château d’eau.
  • Ce qu’il aime: la porte de son ami M Binet et il trouve beaucoup de plaisir dans les établissements de loisir où son ami est intervenu comme architecte. ( il ne parle pas des autres ) Les grandes serres. Les pavillons finlandais, suédois, grecque et allemand. Les installations allemandes, les fêtes organisées par les allemands, les machines allemandes et le commissaire général allemand à l’Exposition.
  • Né en 1865 Gustave Babin décède en 1939 à Casablanca ( il a raté de belle réceptions à l’ambassade d’Allemagne ! ). Journaliste à l’Illustration ( lire mon article sur l’Illustration : revues généralistes) de 1893 à 1923 il collabore aussi au «  Journal des débats » et dirige « l’Ere française » de Casablanca jusqu’à sa mort .
  • Notre avis : son attaque contre la ploutocratie de la 3° république et la fascination pour ce qui est allemand correspond parfaitement à la ligne éditorialiste du journal pour lequel travaille l’auteur. L’intérêt de cet ouvrage est que l’auteur ai vécu l’Exposition depuis sa conception jusqu’à sa fermeture. En ce qui concerne l’architecture il serait malhonnête de lui donner complètement tors, mais ses critiques ou adulations sont excessives Il est regrettable que l’auteur ne nous conduise pas dans les attractions ni les restaurants de l’Exposition. Un beau livre de 300 pages, peu illustré mais de clichés originaux. Edité chez Dujarric et Cie. en 1902. Format 27 x 19 cm. A lire.
_______________________________________________________________
Navigation