PANORAMA DU TOUR DU MONDE

Un article de Exposition Universelle de Paris 1900.

Jump to: navigation, search

Retour à l'Accueil

RETOUR A LA VISITE DE L'EXPOSITION

RETOUR AU: T DE L'ENCYCLOPEDIE

RETOUR A INSTALLATIONS DANS L'EXPOSITION

[modifier] SECTEUR 5 PAVILLON N° 13 :

[modifier] LE PANORAMA DU TOUR DU MONDE.


AFFICHE

GUIDE OFFICIEL.
  • C’est à l’angle du Quai d’Orsay et de l’Avenue de La Bourdonnais que l’on découvrait le panorama du Tour du monde. L’édifice, dû à l’architecte M. Marcel, occupait une surface de 2 500m². D’aspect composite, celui-ci s’articulait à partir des trois tours qui le dominaient. La première de style mauresque, la seconde de type hindou, avec balcons à cariatides représentant de divinités brahmaniques et la troisième, la plus imposante, évoquait les constructions japonaises aux toitures retroussées et superposées, sa hauteur atteignant 45 mètres.

PAV : 13A ( BIBLIOTHEQUE )
  • Des balcons, dont le style rappelait l'art indochinois, reliaient entre eux les étages des tours. L’entrée principale, située entre les tours hindoue et japonaise, était en fait celle d’un temple rapporté, pièce par pièce, du Japon. La porte, en bois rehaussé de dorures, comportait des sculptures représentant des dragons et des têtes d’animaux fantastiques aux gueules grimaçantes et aux yeux d’émail enchâssés d’or.

PAV : 13B ( CP: SANS EDITEUR 1 )

PAV : 19C CÔTE LATERAL GAUCHE.
( CP: L L. N° 89 )

PLAN DU PAVILLON

PAV : 19D FACADE LATERALE DROITE.
( PHOTO D'AMATEUR: 122 x 91 MMS )

PAV : 13E PORTE D'ENTREE PRINCIPALE. ( BIBLIOTHEQUE RAPPORT PICARD )
  • Le rez-de-chaussée, proposait au visiteur, un panorama destiné à mieux faire connaître au public les côtes sauvages de la Méditerranée. Il se présentait sous la forme d'un voyage en bateau, le long des côtes, entre Marseille et la Ciotat. Par ailleurs, la façade côté quai était occupée par le restaurant Boulant.

PAV : 13F CARTE DU RESTAURANT BOULANT ( DOCUMENTS PUBLICITAIRES )

PANORAMA DE MARSEILLES.

  • Au premier étage, étaient proposés des dioramas des grandes villes du monde. Certains projetaient les spectateur dans l’atmosphère enfumée des grandes cités industrielles. D’autres faisaient ressortir l’aspect exotique de villes comme Saïgon.

RADE DE COLOMBO.

  • Au deuxième étage se trouvait le panorama du tour du monde proprement-dit. Ici on avait maintenu l’ancien système, à savoir que c’était le visiteur qui se déplaçait pour examiner, les diverses parties, d’une immense toile ovale, sur laquelle M. Louis Dumoulin avait,successivement, représenté l’Espagne, la Grèce, Constantinople, l’Egypte, Ceylan, le Cambodge, la Chine et le Japon.

( BIBLIOTHEQUE )
  • Pour animer les lieux, on avait mis en scène, au premier plan, de véritables indigènes se livrant à leurs occupations habituelles. L’intention était louable, mais l’effet fut médiocre car, l’opposition entre les personnages réels et la fiction de la toile peinte en était accentuée.
  • Dans la partie centrale de cet étage prenait place un théâtre où les autochtones, présents dans le panorama, proposaient des danses et musiques de leur pays. Enfin, l’intégralité de la tour japonaise était dévolue à la brasserie Wetzel d’où les convives jouissaient d’une vue imprenable sur cette partie de l’Exposition.

( CP: METEOR )
  • La concession de ce panorama, initié par la Compagnie des Messageries Maritimes, fut attribuée à la Société du PANORAMA-THEÂTRE DU TOUR DU MONDE dont le capital était de 2 millions de francs. Le prix d’entrée variait entre 1 et 2 francs selon le nombre de salles visitées. Cette attraction reçut, durant ses 207 jours d’ouverture, 624 743 visiteurs et son chiffre d’affaire fut de 691 245,25 francs. Comme l’indiquent ces chiffres et malgré les deux concessions de restaurant, la Société ne semble pas avoir rentabilisé ses investissements.

___________________________________________________________________________

Poursuivez la visite en cliquant sur les numéros en bleu du plan.

Navigation